a. Introduction - IRILUS Formation

a. Introduction

À retenir Dicobat

Elle concerne tous les logements résidentiels (maison, appartement ou immeuble complet) et quelle que soit la date du permis de construire hormis les bâtiments neuf.

Depuis la réforme du 1e juillet 2021, cette méthode est la seule qui peut être appliquée pour du résidentiel. Ainsi, l’uniformisation de la méthode permet d’avoir un regard plus « objectif » sur le logement.

Le souhait de mettre fin à des pratiques de DPE vierge pour non-communication des factures est au cœur de la refonte du DPE de 2021.

Le neuf comme son nom l’indique c’est ce qui sort de terre. Les DPE neuf est réalisé depuis une étude thermique selon la méthode TH-BCE.

PRÉPARER SA MISSION

Avant toute chose, il faut préparer sa mission, outre le fait de prendre la commande, vous allez devoir demander un certain nombre de renseignement dont voici la liste dans le tableau.

Il est préférable de demander ces éléments par mail pour traçabilité.

Si le propriétaire ne vous répond pas, vous renseignerez les éléments manquants par défaut et l’indiquerez dans le cadre réservé

« Différences pouvant apparaître entre les consommations estimées et les consommations réelles »

Objectif du DPE

Informer sur la performance énergétique des bâtiments.

C’est le bilan annuel des consommations de chauffage, d’eau chaude sanitaire, de refroidissement, d’éclairage et des auxiliaires.

Il permet également une estimation des émissions de gaz à effet de serre associée aux 5 usages précédemment cités.

Pour quoi faire : Comparer objectivement les bâtiments entre eux.

Attention : Une famille peut consommer moins d’énergie qu’une autre dans une même maison, cependant, la notion d’occupation du logement n’est pas qualifié dans le DPE qui ne se base que sur des données liées au bâtiment.

Les critères de la méthode
  • Présence d’un système fixe de chauffage hormis les cheminées à foyer ouvert, toute la surface du logement est considérée chauffée en permanence pendant la période de chauffe.
  • Les besoins en chauffage sont calculés mensuellement à partir de degrés heures base 19 pour des météos représentatives des 8 zones climatiques de la France métropolitaine.
  • Les degrés heures sont égaux à la somme, pour toutes les heures de la saison de chauffage pendant laquelle la température extérieure est inférieure à 19°C.
  • Ils prennent en compte une inoccupation de 7 jours en décembre (dernière semaine) pendant la période de chauffe ainsi qu’un réduit des températures à 16°C pendant la journée en semaine
  • Le besoin d’ECS est forfaitisé selon la surface habitable du bâtiment et la zone climatique. Dans le calcul du besoin d’ECS une semaine d’absence est comptée au mois de décembre
  • Les besoins de refroidissements sont calculés mensuellement sur les périodes où la température extérieure est supérieure à 28°C.
Différences importantes entre les consommations réelles facturées et celles calculées avec la méthode conventionnelle

La méthode conventionnelle peut présenter des différences entre les consommations réelles du propriétaire ou du locataire du logement.

Le calcul conventionnel est basé sur un scénario type qui prend en compte notamment:

Basé sur le Bâtiment:

  • Les déperditions
  • La surface Habitable + Vérandas chauffés
  • Les systèmes de chauffages/refroidissement
  • L’Eau chaude sanitaire
  • L’inertie du bâtiment
  • L’orientation des menuiseries
  • Les masques solaires
  • Le renouvellement d’air
  • Le type et l’épaisseur de l’isolation

Facteurs liés à la zone géographique:

  • La zone géographique
  • L’altitude
  • Les degrés heure

La méthode conventionnelle peut présenter des différences entre les consommations réelles du propriétaire ou du locataire du logement.

Le calcul conventionnel est basé sur un scénario type qui ne prend pas en compte:

Basé sur le Bâtiment:

  • La qualité de mise en œuvre de l’isolant
  • Le matériaux mis en place sans constat visuel ou sans justificatif
  • Le nombre d’occupants dans le logement
  • Les pièces réellement chauffées
  • La période réelle d’occupation (logement secondaire,…)
  • Le renouvellement d’air parasites
  • Les ponts thermiques au niveau du type de pose de l’isolant
  • La vétusté et la perte de performance de l’isolant
Expression du besoin de chauffage

Exprimé en BVj : besoins mensuels de chauffage d’un logement, divisés par l’écart moyen de température entre l’intérieur et l’extérieur durant la période de chauffage.

 Son calcul se fait à partir du coefficient GV ( déperditions de l’enveloppe) en tenant compte des apports de chaleur dus à l’occupation et au rayonnement solaire.

Ce qui explique également des disparités entre la consommation de la méthode conventionnelle par rapport à la consommation réelle des occupants. Les températures extérieures réelles peuvent avoir un décalage non négligeable avec les besoins mensuels conventionnels.

L’évolution des prix de l’énergie

Le calcul du coût de la consommation d’un logement: Ce calcul est fait sur la base d’un arrêté qui fixe les tarifs du KWh pour chaque type d’énergie. Or, la mise à jour de ces montants n’est pas très fréquente ce qui a pour impact un montant parfois en décalage avec la facture réelle.

La crise énergétique que nous connaissons depuis 2022 nous illustre bien les variations qui peuvent exister selon les énergies, parfois dans la même année civile.

Les informations à saisir dans votre logiciel pour calculer le DPE d’une habitation

En tout premier lieu 

-> Nom Prénom et adresse du propriétaire

-> Adresse du bien (elle peut être différente de celle du propriétaire) et parcelle cadastrale

-> Etage du logement si appartement

-> Date de construction du bien  = permis de construire, titre de propriété par exemple

-> Le type de bien :

  • Appartement
  • Maison Individuelle
  • Surface habitable : il faut mesurer toutes les pièces de l’habitation, y compris les vérandas chauffées

Le DPE étant opposable depuis le 1er juillet 2021, nous vous rappelons que vous vous engagez sur toutes les données d’entrée.

En présence d’un espace non habitable chauffé (par exemple un garage ou un sous-sol), cet espace est traité dans le DPE comme un espace non chauffé. Sa destination n’est pas à vocation d’habitation.

Identification de toutes les déperditions de l’enveloppe du bâtiment

  • Caractéristiques (Typologie, isolation, épaisseur, orientation,…)
  • Surface des parois déperditives (murs, plafonds, planchers, baies et portes)
  • Linéaires des ponts thermiques

Attention : Les parois donnant sur un bâtiment autre que d’habitation sont aussi considérées déperditives.

Il faut donc mesurer les surfaces des murs déperditifs par orientation.